Qui sommes-nous ?

Une famille belge sur les routes des Amériques
Juillet 2019
400 jours
1

On ne voulait pas se présenter sous forme d’un portrait de 5 lignes, qui transforme une belle personnalité en un tweet réducteur de 140 caractères (regardez Donald Trump ou Théo Francken !) et qui met chacun dans une case : l’intello de la famille, le rigolo de service, le gentil et le méchant; le bavard et le taiseux, le super-héros et le bon à rien….

Chacun est bien plus complexe et nuancé que cela, et nous vous faisons confiance pour lire entre les lignes et découvrir la vraie personnalité des membres de notre famille. Si vous nous connaissez déjà, vous y reconnaîtrez sans doute quelques traits de caractères. Si vous ne nous connaissez pas encore… ben, il faudra qu’on se rencontre ! C’est tellement plus enrichissant !

7 ans - 1,30 m - Belgo-Colombo-Liechtensteinois - écolier à l’Ecole libre d’Ittre - Baladin à l’Unité Chevaliers Saint Paul de Braine-le-Château (Scouts) - hockeyeur au Lynx Hockey Club d’Ittre

Manuel préfère manger des frites, bien sûr ! mais il n’aime pas les choux de Bruxelles froids (ah bon ? chaud, ça passe ?!). Son sport préféré, c’est le hockey, qu’il a commencé à pratiquer avec son frère aîné. Mais il aime aussi bien le tennis, qu’il n’a jamais essayé. Il a une passion pour le travail scolaire, particulièrement pour le calcul, moins pour la lecture. Plus tard, il veut travailler dans un supermarché comme le Colruyt (pourquoi ? cela il faudra lui demander). Par contre, il ne veut surtout pas être docteur (là aussi, demandez-lui !).

“Rien ne sert de courir, il faut partir à point “ (Jean de La Fontaine)


Ce qu’il aime chez les autres, c’est ceux qui partagent. Ce qu’il déteste : le mensonge. Son rêve le plus fou : que la ville ou le village devienne un parc d’attractions ! Il a peur des cauchemars et a envie qu’on lui dise qu’il est gentil. Il ne veut surtout pas être considéré comme un nul. Selon lui, son plus gros défaut, c’est de traîner le matin. et sa plus grande qualité, c’est de bien jouer au hockey.

Pour le voyage, il est partant ! Pour aller voir ses grands-parents maternels en Colombie et visiter les autres pays. Ce qu’il ne veut pas rater : l’avion, les Îles Galapagos et l’Île de Pâques (heuuu, comment lui dire qu’on ira peut-être pas parce que c'est trop cher ?). Sa plus grande crainte en voyage, c’est que le bateau qui emmène le motorhome coule. Son plus grand défi : être sage. Il n’a pas de rêve particulier qu’il veut réaliser. Et sa maison va probablement lui manquer…

Le logo de Manuel : le W de USHAWA, un double stick de hockey croisé.

7 ans - 1,30 m - Belgo-Colombo-Liechtensteinoise - écolière à l’Ecole libre d’Ittre - Baladin à l’Unité Chevaliers Saint Paul de Braine-le-Château (Scouts) - danseuse classique et violoniste à l’Académie de Braine-le-Château - cavalière occasionnelle.

Catalina adore les spaghettis bolognaises (lesquels, ceux de Papa ou ceux de Grany ? on lui demandera…), les frites et le hachis parmentier (là aussi, celui de Maman ou de Grany ? Il y a deux écoles...). Ce qu’elle n’aime pas : les chicons (mais elle fait quand même un effort !). Elle aime la danse et l’équitation, mais aussi bricoler. A l’école, elle aime tout, mais surtout les calculs. Plus tard, elle veut être maîtresse d’école et cheffe Baladins. Par contre, les métiers de la construction ne l’attirent pas !

”Rigoler c’est bon pour la santé” est la citation préférée de Catalina (probablement inspirée par Johann Schneider-Ammann, le Président de la Confédération suisse...)


Ce qu’elle aime chez les autres, c’est la gentillesse. Ce qu’elle déteste : la méchanceté ! Son rêve le plus fou est de se transformer en licorne. Les fantômes et les monstres lui font peur. Elle a envie qu’on dise des choses gentilles sur elle mais déteste qu’on lui fasse mal au coeur. D’après elle, son plus gros défaut est qu’elle a “dur de se lever le matin”, sa qualité étant qu’elle dessine bien.

Elle veut voyager pour découvrir des choses. Elle veut voir la Colombie (qu’elle a déjà vue, mais elle était petite et ne s’en souvient pas), les flamants roses et tous les animaux.. Elle n’a peur de rien pendant le voyage. Son plus grand défi sera de rester assise pendant qu’on roule. Son rêve est de voir des princesses (heuuu, comment on lui dit que des vraies princesses, y en a plus en Belgique qu’en Amérique ?). Ce qui va lui manquer : ses copines.

Le logo de Catalina : le S de USHAWA, une forme souple de danseuse et une esquisse de violon.

11 ans - 1,50 m - Belgo-Colombo-Liechtensteinois - écolier à l’Ecole libre d’Ittre - Louveteau à l’Unité Chevaliers Saint Paul de Braine-le-Château (Scouts) - danseur classique à l’Académie de Braine-le-Château - cavalier ‘étrier de bronze’

Mateo aime les frites ! (tiens, il serait pas belge, celui-là !), mais pas les Choux de Bruxelles (tiens, tiens, encore un autre…). Il adore la danse, cuisiner et bricoler… et aussi les mathématiques, à l’école (t’aurais pas une mère ingénieure, toi ?). Par contre, il n’aime pas le français car il n’aime pas écrire. Plus tard, il veut devenir styliste, mais pas chirurgien.

« Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité » (Antoine de Saint Exupéry)

Il aime la gentillesse et la politesse chez les gens qu’il rencontre. Par contre, il déteste la jalousie. Son rêve le plus fou est de devenir danseur étoile. Les serpents lui font peur. Il aime qu’on dise de lui qu’il est aimable et poli. Par contre, il ne veut surtout pas passer pour un égoïste. Son plus gros défaut, c’est qu’il ennuie sa petite soeur. Sa plus grande qualité : “Je pense être un bon danseur” explique-t-il.

Il veut partir en Amérique pour découvrir de nouvelles choses. Il ne veut pas rater Disneyland, les Etats-Unis et les studios Warner Bros. Sa plus grande crainte est de tomber en panne avec le motorhome. Le plus grand défi qu’il veut relever : “bien faire mes rencontres”, et le rêve qu’il voudrait réaliser : “voir des léopards en liberté” (heuu, Mateo, en Amérique, y a pas de léopard. Mais t’inquiète, on trouvera un puma ou un jaguar, ça devrait le faire…). Ce qui va lui manquer : ses amies, ses amis, la danse et sa famille belge, surtout Grapy et Grany.

Le logo de Mateo : le U de USHAWA : deux bras de danseurs élancés et ouverts vers le ciel.

14 ans - 1,76 m - Belgo-Colombo-Liechtensteinois - collégien au Collège Sainte Gertrude de Nivelles - Éclaireur à l’Unité Chevaliers Saint Paul de Braine-le-Château (Scouts) - hockeyeur au Royal Pingouin Hockey Club de Nivelles


Santiago aime les pizzas, mais pas le porridge (un souvenir d’un camp scout apparement !) Son sport préféré ? Le Hockey. Il est passionné de Bandes Dessinées (Tcheu, encore un belch !) et de Fortnite. Il aime l’histoire mais pas la musique, à l’école (la précision est importante) ! Quand il sera grand (c’est encore possible ça ? Vous pensez qu’il va encore grandir ?!), il veut être e-sportif (je traduis : gagner beaucoup d’argent en jouant aux jeux vidéos). Par contre, il ne veut pas être Madame Pipi (bizarre, les deux métiers ne sont pourtant pas incompatibles : on peut être Monsieur Pipi et jouer aux jeux vidéos !).

"Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire" (Walt Disney)

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait” (Mark Twain)

Ce que Santiago aime chez les gens, c’est la gentillesse. Ce qu’il déteste : l’impolitesse. Son rêve est de devenir joueur d’E-sport (on y revient !). Ce qui lui fait peur : être enfermé dans un endroit (quoique, je suis sûr que si, dans l’endroit fermé en question il y a une console de jeu, ça peut le faire !). Il a envie qu’on dise des choses positives de lui, et il n’a pas envie qu’on dise des choses négatives. Mais de toute façon “ça lui est égal”. Son plus gros défaut : être mauvais perdant “quelquefois avec des personnes proches”. Sa plus grande qualité : “Je sais bien m’occuper des enfants” (ben tu m’étonnes, quand on est le grand frère des 3 autres… on a, comme qui dirait, une solide expérience !).

Il veut partir en Amérique pour découvrir de nouvelles choses, des beaux paysages. Il ne veut pas rater Disneyland, le Salon E3 et Noël avec sa famille colombienne. Sa plus grande crainte pendant son voyage, c’est de “manquer ses amis”. Son plus grand défi : bien aider les autres et ne pas se disputer avec ses frères et soeur. Le rêve qu’il veut réaliser : aller au salon E3 ‘Electronic Entertainment Expo’ (pour ceux qui, comme moi, ne savent toujours pas ce que c’est, c’est le rendez-vous incontournable des jeux vidéos, qui se déroule une fois par an à Los Angeles. Nous voilà moins bête !). Ce qui va lui manquer pendant 14 mois : ses amis.

Le logo de Santiago : le H de USHAWA - un livre ouvert, une bande-dessinée, voire même une manette de console de jeu… on peut tout y voir… même le vaisseau ennemi d’une célèbre saga intergalactique !

42 ans - 1,65 m - Colombo- Belge - ingénieure du pétrole reconvertie en dépollution des sols - mère de 4 enfants - épouse modèle - médecin-guérisseuse familiale à ses heures - gymnaste tranquille tous les mercredis

Edna aime le bagre sudado (poisson chat ‘colombian style’) mais elle déteste les choux de Bruxelles (je commence à croire qu’il y a une épidémie ou quelque chose ?! C’est peut-être génétique ?).. Elle pratique le fitness (chaque semaine) et aime le jogging (vous aurez remarqué, je ne donne pas plus de précision concernant la pratique). Elle se plonge volontiers dans la lecture. Quand elle était petite, elle aimait les maths mais pas l’histoire. Elle ne voudrait pas faire d’autre métier que celui qu’elle fait aujourd’hui : de la consultance pour la dépollution des sols. Elle ne voudrait surtout pas être médecin !

“Méfie-toi de tes rêves car il est possible qu’ils se réalisent”


Elle aime l’honnêteté et déteste le mensonge. Son rêve le plus fou : “Le voyage qu’on va faire”. Un prof m’écrivait un jour : “méfie-toi de tes rêves car il est possible qu’ils se réalisent” (pas mal !!). Ce qui lui fait peur, c’est de perdre le contrôle. Elle a envie d’être une personne fiable, sur qui on peut compter. Elle n’aime pas qu’on lui dise... qu’elle a grossi ;-) (bon, en même temps, qui aime bien qu’on lui dise ça ?). D’après elle, son plus gros défaut est d’être têtue (pas de commentaire). Sa plus grande qualité : la transparence et la sincérité.

Elle part en Amérique pour vivre de nouvelles rencontres et des beaux moments en famille. Elle ne veut pas rater le temps qu’elle va passer en Colombie avec sa famille et la découverte des différentes cultures. Sa plus grande crainte : la vie à 6, 24 heures sur 24, dans quelques mètres carrés.... Le plus grand défi qu’elle pense relever : lâcher prise ! Et le rêve qu’elle veut accomplir : “le voyage avec ma famille est déjà mon rêve”. Ce qui va lui manquer : sa routine et ses habitudes...

Le logo d’Edna : le A d’USHAWA - un arc qui entoure et qui protège, un oeil fermé, mais confiant et bienveillant…

45 ans - 1,78 m - Belgo-Liechtensteinois - animateur / programmateur / organisateur / communicateur / journaliste au Centre culturel d’Ittre - père de 4 enfants - époux modèle - cuistot familial au quotidien - nageur tranquille tous les lundis

Ludovic aime un bon ‘ceviche’ (poisson cru au citron), mais “pas n’importe lequel, le péruvien, qui est le meilleur” ou un bon américain frites mais “pas n’importe lequel, le ‘fait maison’, qui est le meilleur”. Souvenir d’un camp scout où on les lui a servi à toutes les sauces, il n’aime pas les haricots blancs, noirs ou rouges, bref tous les haricots, sauf s’ils sont verts ! Il pratique la natation (chaque semaine) et le vélo (là aussi pas plus de précision sur la périodicité), mais tranquille… Il aime la photographie, même si cela fait longtemps qu’il ne l’a plus pratiquée. Le voyage sera l’occasion de s’y remettre. A l’école, il aimait les sciences, mais pas les maths. Le métier qu’il voudrait faire : le même que celui qu’il fait, même s’il confesse : “Si je devais en choisir un autre, ce serait dans la coopération au développement”. Par contre, il ne veut pas de métier dans le domaine médical (encore un ! on dirait que c’est de famille !).

“Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand vous y êtes venus” de Baden Powell


Il aime la franchise et déteste l’hypocrisie. Le voyage fait certainement partie de ses rêves les plus fous, mais à la fin de sa vie, il veut surtout pouvoir se retourner et se dire : “c’était quand même bien” et ne pas avoir de regrets (bon, c’est pas vraiment ‘fou’ cela, mais on l'accepte quand même !). Ce qui lui fait peur : “qu’il arrive quelque chose à quelqu’un que j’aime”. Il a envie qu’on dise de lui qu’il est gentil, mais en même temps, il ne veut pas qu’on dise que c’est un gentil. La nuance est dans l’intention du mot... (vous comprenez quelque chose vous ?!). Sa plus grande qualité : son ouverture et sa fiabilité (bon d’accord, j’en entends certains qui disent que, parfois, il oublie de sortir les vêtements du sèche-linge, mais est-ce que ça compte vraiment ?!). Son plus grand défaut : la mauvaise foi... parfois!

Ludovic part en Amérique pour les “mêmes raisons que ma femme”, en ajoutant que c’est aussi pour sortir de la routine, avoir un nouveau regard sur soi et sur le monde… et pour revenir et apprécier d’autant plus sa propre culture. Il veut surtout : voir un volcan en éruption, se balader entre des icebergs et “voir ma femme et mes enfants s’épanouir”. Sa plus grande crainte est qu’un problème de santé ou un problème technique les empêche de voyager. Son plus grand défi : lâcher prise et accepter de ne pas pouvoir tout contrôler (wouaaw, comme Edna, c’est y pas beau çà ?!). Pendant ce voyage, il veut réaliser tous ses rêves, comme cela il pourra en inventer d’autres ! Ce qui va lui manquer : “Ma famille d’abord, et ensuite tout ce qui se boit et se mange et qu’on ne trouve pas là-bas. Et sûrement la sédentarité aussi, parfois.”

Le logo de Ludovic : le deuxième A d’USHAWA - un arc qui entoure et qui protège, un regard bienveillant… et un objectif d’appareil photo. Et puis aussi... comment dire… sans vouloir être vexant… les trois poils sur le cailloux !