Concorde : petite visite guidée

Ses équipements et nos petits aménagements : petit tour de notre maison roulante
Juillet 2019
400 jours
1

Le Concorde a été fabriqué en 1999, sur base d’un porteur IVECO Turbo Daily II 59.12 (moteur diesel de 2800 cc). Il a donc juste ce qu’il faut pour ne pas tomber en panne en altitude (le turbo sera le bienvenu quand on devra franchir des cols à près de 5.000 m d’altitude) et juste ce qu’il ne faut pas pour pouvoir être réparé par n’importe quel mécano un peu débrouillard (peu d’électronique, pas de filtre à particules, etc.)

Un moteur comme celui-là est réputé pouvoir tenir plusieurs centaines de milliers de kilomètres, s’il est bien entretenu. Avec 120.000 km au départ, il devrait nous mener à bon port… Consommation moyenne sur terrain plat : 12l/100 km. Avec le réservoir de 85l, on tient généralement 650 km avant de devoir repasser à la pompe. Dans la Cordillère des Andes, on verra ce qu’il consomme en terrains pentus…

2

Le grand avantage du modèle, c’est son châssis. Un châssis de camion/utilitaire, qui peut supporter 6000 kg. Avec ses 4.500 kg à vide, il nous laisse donc un chargement possible de 1.500 kg. Ce qui n’est pas mal, quand on sait que la plupart des motorhomes du marché sont limités à 3.500 kg et laissent à peine quelques dizaines de kilos de charge utile. Revers de la médaille : il faut un permis camion pour le conduire. Mais nos deux camionneurs sont à présents opérationnels (enfin presque…) pour arpenter les routes et les pistes des 3 Amériques.

Le châssis Alko
Le châssis Alko

Le châssis est également un modèle Alko à double plancher. Toute la surface du motorhome est donc pourvue de soutes qui permettent à la fois de stocker du matériel et d’isoler la partie habitable du froid. Les soutes sont chauffées, tenant ainsi les réservoirs d’eau hors gel, tandis qu’on peut se balader pieds nus dans la cellule même quand les températures passent sous zéro (testé à -5°C, sans aucun problème !).

3


Quand on a 4 roues à l’arrière, le poids est réparti sur une surface deux fois plus importantes. Théoriquement donc, on se sort plus facilement des terrains glissants ou meubles… Comme la majorité du poids du Concorde repose sur les roues arrières, la propulsion (la force motrice est sur les roues arrières) permet de gagner en adhérence. Cela ne nous empêche pas d’embarquer une sangle de remorquage (le modèle poids lourds, pas pour rigoler !) pour nous sortir des endroits périlleux. Une pelle complète le matériel. On se tâte encore pour des plaques de désensablement…

Des roues jumelées... 
4


La bête fait 8,90 m de long, 2,35m de large et 3,30m de hauteur. C’est assez encombrant, d’autant plus que le porte à faux arrière est assez imposant. Attention dans les virages, de ne pas se prendre un piéton qui passait par là, et dans les montées abruptes… de ne pas accrocher… (Trop tard ! le porte vélo arrière s’en souvient encore, les routes de montagnes italiennes ont eu raison de la vigilance du chauffeur !). Heureusement, la garde au sol est assez haute, ce qui limite les risques, quand même !

5

Voilà un accessoire qu’on pensait ‘pas si utile que cela’ et qu’on a adopté au point de ne plus pouvoir s’en passer. Sous le châssis, 4 vérins permettent de mettre le Concorde à niveau. Les avantages sont nombreux :

1) On est droit ! Ce qui facilite les choses quand on veut dormir. Et encore plus quand on est à deux dans le lit et qu’on peut éviter de se retrouver écrasé entre son partenaire et la paroi ! C’est du vécu ! C’est aussi plus facile pour cuisiner…

2) Comme le poids du véhicule repose sur les vérins et pas sur les amortisseurs, le motorhome est beaucoup plus stable et on n’est plus réveillé en pleine nuit par le roulis provoqué par celui qui doit aller au petit coin et qui réveille tout le monde (enfin, presque tout le monde, y en a qui ne se réveille jamais) !

3) En cas de problème mécanique, on peut lever les roues du sol, ce qui laisse plus d’espace pour se glisser sous le moteur ou remplacer un pneu.

4) On ne doit pas chipoter, le soir à l’étape, avec des cales sous les roues.

6


Le problème en Amérique du Sud, c’est la qualité du carburant. A certains endroits (apparemment la Bolivie est un point noir), le diesel est de mauvaise qualité. Le carburant est parfois stocké dans des fûts ou des citernes depuis trop longtemps, les crasses et la condensation ajoutent de l’eau ou des saletés qui peuvent encrasser ou endommager le moteur. Nous avons donc opté pour un filtre Parker Racor 500 FG. Je passe les détails techniques, mais il fait tout, il est magique ! Il retire l’eau, les crasses, etc. Bon, dans la pratique, on vous dira si ça marche…

7


Parmi les milliers de kilomètres qui nous attendent le long de la Panaméricaine, il en est certains qui ne sont que des pistes : de la poussière, des cailloux, de la « tôle ondulée » sur plusieurs dizaines de kilomètres… On joue la sécurité et on embarque, en plus de la roue de secours située sous le châssis, une roue supplémentaire sur le toit. Avec 8 roues en tout, on espère être paré à toutes les éventualités et pouvoir rejoindre le garage le plus proche, au moins sur 4 roues… En plus, cela ajoute un petit look ‘baroudeureke’ au Concorde, qui n’est pas pour nous déplaire.

8

Pour les mêmes raisons de pistes de cailloux et de projectiles divers, nous avons opté pour quelques protections supplémentaires. Alors que certains optent pour le modèle « pare-buffles » à l’avant de leur camion, nous avons choisi le modèle « cage à poules ». Un petit grillage sur les ouvertures pour protéger le radiateur des différents projectiles. On ne sait pas si va tenir, mais c’est mieux que rien. Et puis, si ça casse, on peut facilement le remplacer.

Là où on ne rigole pas, c’est avec le moteur et le réservoir de carburant. Une tôle en aluminium de 7 mm a été ajoutée, qui devrait les protéger de toute velléité.

Une protection en aluminium pour le réservoir 
9

C’est le cœur de notre logement, la partie habitable du motorhome. Malgré ces quelques mètres carrés seulement, que nous devrons partager à 6 pendant plus de 400 jours, elle est relativement spacieuse par rapport à d’autres motorhomes. C’est là que l’on va manger, dormir, cuisiner, se laver, se reposer, jouer, travailler, étudier… rire et pleurer !

Le séjour,prévu pour 6 personnes, et dans la capucine, le lit double...
A l'arrière, la chambre des enfants avec 4 lits
Version 2 lits superposés
Version table et armoire
Lampe de chevet et bibliothèque
Filet de rangement
Le séjour et les chambres 

Petit tour du propriétaire

A l’avant, au-dessus de la cabine, dans la capucine, la suite parentale. Avec petit rideau pour l’intimité ! A l’arrière, pour les enfants, 4 lits superposés, chacun avec son petit rideau, sa lampe de chevet et quelques rangements. Un des lits peut se transformer en table avec 2 banquettes. Entre l’avant et l’arrière, une porte coulissante, toujours pour l’intimité (vous aurez compris que ce sera le grand défi de notre voyage !). Entre les deux, la salle de bain avec une douche, une penderie, la cuisine et la table de la salle à manger avec une banquette pour manger à 6 !

La douche
Lavabo et toilettes
La salle de bain 

Les équipements :

  • 4 ventilateurs de toit (extraordinaire quand il fait chaud !)
  • Air conditionné Dometic Freshlight 2200 (fonctionne uniquement quand on est branché sur l’électricité, donc très peu utilisé !)
  • Tapis de sol dans l'espace de vie (c’est douillet quand on se balade pieds nus)
  • Lanterneau Heiki au-dessus de l’espace séjour (super pour amener la lumière naturelle dans la cellule)
  • Fenêtres projetables qui s’ouvrent complètement (génial pour avoir l’impression d’être dehors, même si on reste à l’intérieur !)
  • Stores occultants et moustiquaires à toutes les fenêtres (indispensables !)
Double option : moustiquaire et store occultant
4 ventilateurs répartis sur toute la longueur
L'airco... au cas où.
10

Quand nous avons acheté le motorhome, celui-ci était homologué pour 6 places, mais il y avait seulement quatre ceintures de sécurité. A l’époque de sa construction, seules les places face au sens de déplacement devaient être munies de ceintures. Les deux places dos à la route ne devaient donc pas en posséder.

Nous avons d’abord demandé à des concessionnaires Concorde de rajouter les 2 ceintures manquantes. Mais aucun n’a voulu s’engager. Nous avons donc fait appel à un artisan local qui nous a aménagé quelque chose de simple, fiable et solide.

11

Nous ne sommes pas des partisans de la sécurité à tout prix. Mais la serrure de la porte d’entrée du motorhome montrait quelques signes de faiblesse. Nous avons donc installé une serrure extérieure supplémentaire, simple et solide, qui a l’énorme avantage de pouvoir s’ouvrir depuis l’extérieur ou l’intérieur. Le double avantage étant que le système ‘plaque’ la porte contre le châssis et évite les entrées d’air dans l’espace habitable.

12

Comme nous vivons à 6 dans un espace réduit, avec une chaudière à gaz dans la partie habitable, nous avons installé des détecteurs qui nous avertissent en cas de problème.

1) Un détecteur incendie, en cas de départ de feu. Ainsi qu’un couverture anti-feu et un extincteur à proximité de la cuisine

2) Un détecteur 3Gas+ : il détecte le monoxyde de carbone (CO) et les gaz comme le propane ou le butane. Il détecte aussi les gaz dits narcotiques, qui sont censés vous endormir pour que des bandits viennent vous dérober… j’ai un peu l’impression que c’est une légende urbaine ce truc…

Détecteur de fumée
Détecteur de gaz
13

Sans être trop grande ou luxueuse, la cuisine a tout ce dont on a besoin pour cuisiner sans se priver.

  • Réchaud 3 feux
  • Un évier
  • Un frigo et congélateur de 135 litres, qui fonctionne automatiquement sur le gaz (quand le véhicule est à l’arrêt), sur la batterie 12v (quand le moteur tourne) ou sur le secteur (quand on est branché sur du 220v)
  • Un four au gaz Smev
  • Un four à micro ondes (qui fonctionne uniquement sur le générateur ou sur secteur)
Le réchaud, le four, l'évier et de nombreuses armoires
Réfrigérateur, congélateur et four à micro-ondes
14

Avec deux réservoirs d’eau propre de 225 litres chacun, on est paré pour quelques jours. Si chacun prend sa douche tous les jours, on tient 3-4 jours (ça tombe bien, c’est la capacité de la cassette à caca !). Ce qui veut dire que si on alterne avec une douche tous les 2 jours, on tient la semaine ! On a jamais testé, mais c’est pas exclu qu’on essaie. Bon, par contre, quand il y a la file au tuyau d’arrosage pour remplir les cuves, avec nos 450 litres, le suivant doit avoir un peu de patience… Côté réservoir d’eau sale, on est à 225 litres.

Deux réservoirs de 225 litres
15

Nos toilettes sont équipées du système SOG. Le principe est simple : quand la toilette est fermée, la cassette est étanche et il ne se passe rien, la décomposition fait son œuvre (je ne rentre pas dans les détails). Quand quelqu’un va à la toilette et qu’il doit évacuer son ‘paquet’, il ouvre la trappe et un ventilateur se met en route pour évacuer les odeurs vers l’extérieur, cela crée une dépression et les mauvaises odeurs ne rentrent pas dans la salle de bain du motorhome. Ça, c’est le système SOG. Le gros avantage du système, c’est que, comme les odeurs sont évacuées, on ne doit pas utiliser de produits chimiques « qui coûtent chers et qui polluent. » On n’est pas aussi écologique qu’une toilette sèche (puisqu’on utilise un peu d’eau), mais c’est un bon compromis.

Le système SOG
Y a plus qu'à traduire...

Avec deux cassettes de 20 litres, on tient 3-4 jours… Mais dès qu’on peut, on profite des toilettes publiques… ce qui peut allonger le délai… Passionnant, n’est-il pas ?

16

En Amérique centrale et du Sud, en fonction de la région, l’eau de distribution n’est pas toujours potable. La seule solution était donc d’acheter l’eau potable en bouteilles. Pratiquement, écologiquement et économiquement, cela n’est pas très intéressant. Nous voulions donc un système qui nous permette de remplir nos réservoirs d’eau et avoir une eau potable en permanence. Des filtres existent, et chaque système à ses avantages et ses inconvénients : trop énergivore, trop de consommables (filtre à remplacer régulièrement), pas assez filtrant, etc.

Pour en savoir plus, les explications détaillées sur le blog d'Expedition5

Nous avons choisi des filtres Sawyer 0,02, d’origine américaine, qui sont utilisés par certaines ONG pour rendre potable de l’eau dans des régions où il n’y en n’a pas. Un de ces atouts, c’est sa durée de vie : il n’y a pas de cartouche à remplacer, on ne doit donc pas stocker des filtres pour la durée du voyage. Autre avantage : il peut être placé directement sur le circuit d’eau du motorhome, cela évite un robinet supplémentaire sur le plan de travail de la cuisine (déjà pas très grand !). Il capte les bactéries et même certains virus. Par contre, comme il n’est pas doté de charbons actifs, il n’améliore pas le goût de l’eau ni ne capte les métaux lourds. Mais on ne peut pas tout avoir.

Nous avons donc branché 2 filtres (un pour l’eau chaude, un pour l’eau froide) qui alimentent les robinets de la cuisine et de la salle de bain. La douche est branchée sur un circuit séparé. Un inconvénient pourtant : il ralentit fortement le débit des robinets. Mais en même temps, cela nous oblige à consommer moins d’eau…

17


La pompe à eau d’origine fonctionnait très bien. Mais elle faisait beaucoup de bruit. Nous l’avons donc remplacée par une pompe plus récente, plus silencieuse aussi, et qui consomme moins d’énergie. Nous avons néanmoins gardé l’ancienne pompe, qui nous servira de pompe de secours en cas de problème.

18
3 panneaux solaires pour 280W
Le controleur de charge, qui relie les panneaux aux 2 batteries

Au départ, il n‘y avait qu’un seul panneau solaire, de 80w. En été, quand le soleil est présent toute la journée, c'est suffisant. En hiver par contre, quand le soleil est bas sur l’horizon, qu’il se couche tôt et que le ciel est nuageux, on était trop court. On a donc ajouté deux panneaux de 100w, ce qui nous fait 280w au total. Cela devrait être suffisant avec nos 2 batteries AGM de 180Ah chacune.

19
Un seul bouton à appuyer pour démarrer le générateur de 2200w

Avec ses 2200 w, le générateur à essence intégré sous le châssis nous a permis de compléter nos besoins quand les batteries ne suffisent plus : en hiver, en fin de journée, quand la demande en électricité est importante et que les batteries n’ont pas pu se charger par manque de soleil. Parfois, on l’utilise pendant quelques minutes, pour mettre en route un appareil qui nécessite du 220v (micro-ondes, mixe soupe, etc.)

20

Une des corvées pour les camping-caristes est certainement le remplacement des bouteilles de gaz qui alimentent le réchaud, le four, la chaudière, le frigo… c’est un poste vital pour qui veut bivouaquer de manière autonome. Le Concorde est équipé d’origine d’une citerne de LPG de 120 litres. C’est probablement le meilleur équipement de notre motorhome. Alors qu’un motorhome équipé de bonbonnes classiques devra remplacer ses bonbonnes après 3-4 jours lorsqu’il part dans le froid et la neige, nous tenons plusieurs semaines sans recharger. Un vrai luxe ! En plus, en Belgique, le LPG est beaucoup moins cher que le gaz en bonbonnes.

Nous espérons pouvoir facilement remplir notre citerne en Amérique. En fonction des pays, le LPG est parfois plus rare.

21

Nous avons remplacé l’ensemble des ampoules du motorhome par des LED. Un fameux gain et de belles économies d'énergie. On y gagne ainsi en autonomie.

22

En fonction des pays, la tension du courant en Amérique varie entre 110 et 220v. Nous avons donc opté pour un convertisseur qui nous permettra de nous brancher aussi bien sur le 110 que le 220, sans perdre de notre confort.

23

Ce qu'on a déjà :

- Une antenne satellite automatique raccordée à la TNT française (qui sera inutile en Amérique, puisque nous serons incapables de pointer un satellite européen sous ces latitudes !). Ça commence bien !

- Une radio à cassette (oui, oui, vous lisez bien !) dernier cri dans la cellule et un radio/CD dernier cri dans le poste de pilotage.

- Une télévision 22 pouces avec lecteur DVD et USB

Quelques aménagements… derniers cris !

- Les autoradios d’origine ont été remplacés par des autoradio bluetooth/USB/mp3… directement raccordés à la télé pour un son surround… pour le plus grand bonheur des petits et des grands

- Une antenne Wifi a été installée sur le toit. Dans le style bazooka, elle permet de pointer un modem wifi à longue distance (il paraît que 4 kilomètres… mais si on croit pas celle-là !). Du moment que cela nous évite de devoir coller le motorhome à la vitrine d’un McDo. Pour trouver les mots de passe, on enverra une équipe de reconnaissance spécialement entraînée pour cela ou… on utilisera l’application Wifi Map qui en dévoile quelques uns.

24

- Un porte vélo pour 4 vélos (c’est pas encore assez pour nous 6, mais on se débrouille)

- Une connexion extérieure au gaz : génial pour se faire un petit barbecue en quelques minutes

- Une connexion pour une douche extérieure : encore génial pour prendre une douche à l’extérieur (de retour de la plage ou simplement quand il fait beau !). Eau chaude ou eau froide, au choix.

Une douche en plein air
P'tite douche... 

- Banne solaire : un store déroulant de 5,50m, pour nous abriter du soleil ou de la pluie, c’est selon. Ouvert en quelques secondes, il est aussi équipé de parois qui permettent de la fermer complètement et donc d’avoir une tente supplémentaire.